» ... EXPRESSIONNISME au XXIème SIECLE.. (http://peintex.zeblog.com/)

peintex

peintexMoi, PEINTEX, fan de VINOT/SULLIUS, le peintre expressionniste franc comtois encore vivant, je vous propose des Reportages sur ses apparitions publiques ET, en 2010, SA VISION DES SAINTS du JOUR que je POMPE SUR SON BLOG

Calendrier

« Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

SAINT JB de la SALLE

Par peintex :: 25/10/2010 à 0:31 :: Les saints de Sullius

http://sullius.over-blog.com/article-7-avril-jb-chatel-de-la-salle-et-les-iufm-48129005.html

Aujourd'hui, Saint Jean-Baptiste de la Salle. 

      Patron des enseignants, donc saint à mi- temps, puisqu'ils n'ont  en moyenne que 150 jours d'activité par an, sauf les agrégés et autres maîtres de conférence qui essayent d'en caser encore moins dans des années qui ne comptent que 365 possibilités, et les institutrices de maternelle qui sont là pour changer les couches (sic donc à la maison toute l'année.. Patron à mi temps donc, on lui a heureusement collé les éducateurs en plus, il est quitte de s'ennuyer au paradis,  le bougre ! Encore que, si ça continue, c'est avec sainte Acadomia (tm) qu'il devrait se pacser, notre JB..

....Elle est loin la France de la troisième république  qui avait fait de ses enseignants des hussards, les dépêchant jusque dans les hameaux les plus perdus de corrèze ou des vosges..puis, après, dans les Aurès où les rizières d'Indochine..

Ils étaient au poste, logés par les communes, souvent en couple dans leurs logements parfois insalubres au premier étage au dessus des salles de classes, souvent les seuls à possèder une brosse à dents et une Panhard..

L'insécurité n'avait pas la même couleur à l'époque..

L'oreille tirée à l'école, c'était par un coup de sabot dans les fesses du petit merdeux qu'on la consolait, pas en dénigrant l'enseignant, ni en le frappant dans sa classe.. Aujourd'hui, notre Saint JB, rémois d'origine, aurait bien du mal à recommencer son oeuvre..  Pour commencer, il lui faudrait réapprendre l'autorité, puis, les droits  de l'enfant, puis les associations de parents d'élèves (dont la peep, ne prononcez pas pipe, le tabac est relégué dans la rue), puis les inventions bisannuelles des technocrates du MEN,* qui vont du carnet d'évaluation, à l'intégration de tout, aux remises à niveau, etc..etc.. qu'on a à peine comprises qu'il faut déjà les désapprendre.. sans les oublier parce qu'elles finiront pas ressortir dans quelques paires d'années.. (sauf les bonnes, qu'on jette !)

         Ensuite, il lui faudrait une école verte, brevetée dépense énergétique zéro, plus un TBI, des micros ordinateurs, et puis maîtriser les TICE,  faire des kermesses pour acheter les consommables, et avec  tout ça, notre Jean Baptiste de la Salle, il pourrait recommencer à être l'homme admirable qu'il fut.. 

    Sûr que depuis le paradis, il doit se sentir soulagé d'être né et mort au 17éme..

   Lui qui a inventé les écoles "normales " pour former les maîtres "d'école",(aujourd'hui Instituts Universitaires de Formation des Maîtres : IUFM), il doit pleurer en découvrant jour après jour que leur disparition est programmée, et qu'il faudra Bac +5 minimum aux instits pour apprendre à lire aux enfants de 6 ans sans autre formation que leur cursus universitaire...

Oubliés les qualités de coeur, l'enthousiasme, et les idées de partage  et de mise en commun, la volonté d'offrir le mieux à ceux qui n'ont rien.. 

Il doit pleurer aussi en voyant vers quel précipice d'inculture et d'indigence  le dumpeur social  et son  petit chat entrainent l'école publique...

(Qu'elle ne soit plus laîque, mais de plus en plus privée est le seul truc qui doit le réjouir notre Jb de la salle, encore que, on est loin ici de la gratuité qu'il a toujours prôné  et de l'ouverture d'esprit qu'il conseillait à ses élèves maîtres)! ) 

    Merci de tout ce que tu as fais JB, mais ne reviens pas, l'enseignement, devenu un purgatoire, sera bientôt, dans ton beau pays, l'enfer sur terre !

*Ministère de L'Education nationale

  

SAINT MARCELLIN

Par peintex :: 24/10/2010 à 13:28 :: Les saints de Sullius

http://sullius.over-blog.com/article-6-avril-on-reprend-du-petit-marcellin-48010748.html

Aujourd'hui, Saint Marcellin 

       Le IV ème siècle commençait à peine que déjà l'Eglise en était en son 29ème pape, et les chrétiens s'étaient alors choisi Marcellin, le petit marteau, et pas Hussein le gros, pour les conduire vers le royaume céleste.      Marcellin pratiquait l'exorcisme et avait fort à faire dans une Rome pleine de paîens et d'adorateurs d'idoles sataniques mais se trouvait fort heureux, bien  installé dans son pontificat. Ses affaires religieuses prospéraient, et, partout dans l'empire, les chamagnons  de la foi propageaient la bonne parole sur les pas des armées romaines, ouvraient des succursales et formaient des collabarateurs.. 

Cupidon, Bacchus, Toutatis et Epona perdaient du terrain devant l'influence du  cruxifié de Jérusalem.. Etonnante percée tout de même de cette religion sans bacchanales, prônant trop souvent la rigueur et l'abstinence, dans notre Gaule où on ne travaillait que 2 jours sur 5. (déjà les 35 h!)..L'attrait de la nouveauté, le bagoût de ses vrp, j'avoue ne pas toujours comprendre  et d'autres non plus.. 

Au nombre de ces ignorants hermétiques, on peut compter l'empereur Dioclétien qui, à force de ne pas comprendre avait décidé d'enlever de rome tous ces poissonniers de la vraie Foi. Inaugurant une méthode radicale de traitement de l'infection qui iut reprises par d'autres praticiens de la méthode extrême, il commença par brûler les livres saints, puis les églises et ceux qui étaient dedans, puis s'attaqua à ceux qui étaient dehors..  (On a déjà narré au travers de la vie de quelques saintes et saints de l'époque la merveilleuse imagination de l'inquisition dioklétienne..). Pour résumer, on pourra dire qu'en ce temps, les bourreaux se faisaient du muscle  et  les lions du Colisée du gras.. Mais du pape Marcellin, point de nouvelles..

Planqué dans les catacombes, sous prétexte de garder pour des jours meilleurs son intégrité physique et religieuse, il était introuvable..Introuvable aux yeux des hommes peut-être, mais pas à ceux de Dieu..Bottant le cul à ce lâche berger qui abandonnait ses agneaux au loup de la païennerie, il le fit ressortir de son égoût, ébloui par la lumière de la compréhension, comme un survivant de Nagasaki par celle du jour.. Et c'est là qu'il devint Saint, notre Marcellin,  

           ( Et pas en inventant ce fromage savoyard qui vous met l'eau à la bouche)     

Dioclétien n'allait pas lâcher ce morceau de choix et le fit triturer dans tous les sens juqu'à la croûte pour le faire abjurer sa religion ..  Las, Marcellin, tout tissé du Kevlar (tm) de sa foi , résista à tout..jusqu'à ce que Dieu considère qu'il avait racheté sa lâcheté, et inspire ses tortionnaires qui lui coupérent le cou....

                          Ce qu'il restait de lui fut jeté aux lions

SAINTE IRENE

Par peintex :: 23/10/2010 à 13:25 :: Les saints de Sullius

http://sullius.over-blog.com/article-5-avril-irene-47976683.html

aujourd'hui, Sainte Irène.  On en parla longtemps du martyre d'Irène et de ses deux soeurs.  On en parla longtemps dans les chaumières de Thessalonique,puis dans celles de macédoine, puis de plus en plus un peu partout comme des partout où voyageaient les marchands de soie, le long des grandes voies commerciales et de celles moins carossables des campagnes les plus reculées..On en parle encore, même ici, au fond du fond de la haute saône, ce pays de rivières et de cerisiers où la venue de l'Ipad (tm), n'a pas ajouté une ride sur l'eau calme des étangs où chantent les grenouilles, où déjà fleurissent les droseras sur les sphaignes des tourbières; on en parle encore de sainte Irène et de son corps de reine de beauté..

Vers 304 après Jésus Christ, alors que le mouvement religieux lancé par ce bonhomme barbichu avait déjà irradié les côtes de l'adriatique,  elle fut prise avec ses soeurs par les troupes de Dioclétien qui essayait encore de lutter contre la contamination. Pour ces troupes de romains et de mercenaires locaux, ce nettoyage etnico-religieux était si fastidieux, ( il leur fallait courir tout le pays par des chemins muletiers par un soleil de plomb) que, quand ils attrapaient des chrétiens, ils s'amusaient un peu avec... pour compenser. Les deux soeurs d'Irène déjà bien fatiguées par la vie furent rattrapées  à la course  par des soudards bien entraînés et, après avoir été bien testées, furent recalées au concours de miss Salonique présidé alors par un certain endemolus et brûlées vives...  Irène, de son côté, jeune fille très sportive, avait couru se réfugier dansles montagnes, rendant grâce à son régime crétois qui n'avait déposé aucun gramme de cellulite sur ses cuisses fines et musclées..Las..

 Irène, bien que cachée dans le fond de la montagne y fut rattrapée  par une odeur de rôti dans laquelle elle décela le parfum de ses soeurs. Que se passa t-il dans sa tête, se reprocha t-elle d'avoir abandonné sa famille, eut-elle un message de Jésus, on ne sait pas trop.. Mais elle redescendit de la montagne, (à cheval) et se rendit aux troupes romaines..

La suite de son histoire ne sera racontée que brièvement pour rester  dans les limites de la correction, car Irène, comme ses soeurs, refusa de renier sa foi..Pour la punir, on exhiba au vu de tous son corps parfait dont l'image a survolé les siècles, puis après un petit passage au bordel du coin,  jugée plus bonne à rien, elle fut brûlée en place publique.

Ses deux soeurs s'appelaient Agapé et Chiona.  (sans rire)

 

SAINT ISIDORE

Par peintex :: 22/10/2010 à 13:22 :: Les saints de Sullius

http://sullius.over-blog.com/article-4-avril-fais-tes-paques-47918479.html

Aujourd'hui, saint Isidore 

Pour ceux qui suivent un peu, je vais vous prendre la main, car, pour retrouver le bon Isidore dans l'abondante cacophonie du martyrologue romain, faut un fil d'ariane : Celui d'aujourd'hui, c'est celui dit "DE SEVILLE" et pas du tout les autres,tous ces glorieux et saints homonymes de notre Sévillais.

Les voici  donc par ordre de négation nos tricards : --Isidore, ermite du désert de Scété; un autre du même nom mais pas ermite (4ème s.); Isidore De bakanja,martyr au Congo,  De CHIO (3ème s.); DE PELUSE prêtre en Egypte, de ROSTOV; De saint joseph religieux passioniste;  celui  De Yuriev; et surtout pas le dernier, l'illuminé laboureur de chanvre dit "Isidore, Le laboureur Paysan" !

 Le terrain maintenant défriché, venant en à notre Isidore du jour.

Il ne fut ni vierge ni martyr, mais aujourd'hui on dirait de lui que ce fut un intellectuel humaniste...A son époque, on ne parlait pas de célibat des prêtres ni de pédophilie,et la chrétienté cherchait plutôt à consolider ses bases sur des sujets sérieux comme la divinité de Jésus et la compilation des  savoir anciens..

(Rappelons nous aussi qu'alors, la médiaconnerie n'avait pas la puissance peopolesque qu'elle a aujourd'hui.)

    Fils du riche et très religieux  tunisien, Sévarianus, Isidore dut fuir avec toute sa famille une pays envahi par des wisigoths qui, bien que chrétiens eux aussi, inteprétaient dans l'intolérance une autre lecture des écritures saintes, et persécutaient nos futurs exilés.    Réfugiés en Espagne mais sans soucis d'argent, (rassurez vous, ils ne vivaient pas  à flanc de colline sous une tente de l'Unicef), Isodore et ses frères de Sévilleavaient tout le temps de dévorer les ouvrages de la bibliothèque familiale que l'on décrit fort riche en ouvrages philosophiques, théologiques et même technologiques. 

   En 599, succédant à son évèque de frère, Saint Léandre,il prit la tête de l'échevéché de Séville..C'est à partir de là que, quittant l'ombre de son frère, il commence à faire parler de lui. Pas rancunier mais presque, il entreprit d'amener les Goths qui peuplaient alors l'ESpagne, à  la vraie foi, celle qui reconnaît la trinité; et, par la même occasion, sans doute pour leur démontrer par des faits historiques qu'ils avaient tort, il rédigea une "Histoire des Goths" qui paraît-il est à peu près réaliste.. Puis, prenant conscience que sa cervelle n'aurait pas plus de longévité qu'un cd en plastique, il entreprit avec tout son équipe épiscopale de rassembler les connaissances de son temps dans une encyclopédie demeurée une référence jusqu'après la renaissance...

    Il mourut à Séville en 636, ayant réussi à conciler vie contemplative et vie active comme son modèle, Jésus, connu pour se consacrer le jour à faire des miracles  dans les miasmes des bas-quartiers et la nuit à prier sous les oliviers. 

SANDRINE FANTOME de la Nuit

Par peintex :: 21/10/2010 à 8:18 :: Les saints de Sullius

http://sullius.over-blog.com/article-2-avril-sandrine-fantome-de-la-nuit-47817458.html

Aujourd'hui, Sainte Sandrine
      Joli petit prénom à la fluidité de la cendre qui coule entre les doigts, Sandrine serait un diminutif d'Alexandra, mais on se contentera de ses 8 lettres, c'est déjà
bien long à écrire !
    Morte dans des souffrances inouïes, même pour l'époque, vu qu'elle finit sa vie rongée par un cancer généralisé qu'elle soigna sans succès avec moult mortifications, flagellations et autres gâteries en usage chez les Clarisses,
sainte Sandrine  qui naquit Alessandrina Ricci du côté de Florence dans les années
1522, entendit très tôt l'appel de Jésus et rapidement se voua à son culte..
Entrée dans les ordres à la puberté, elle y resta voilée toute sa vie, mettant à profit son expérience du sujet pour fonder un couvent à Foligno, en Toscane, où elle se faisait appeler Catharina.
    Même pas martyre, l'époque en était passée, elle réussit toutefois à rester
vierge pendant 67 ans, se gardant toute neuve pour son gourou céleste..
On dit d'elle que sa voix était un murmure léger comme le parfum montant
 des roses  les soirs de pleine lune, et que ses gestes avaient la délicatesse
de la dentelle anglaise, mais que sa volonté ressemblait à celle du Lycra (tm).
  Et, toute cette volonté, elle l'employait à soigner et à nourrir les malades
et les pauvres. Mais, pour ne pas se complaire dans l'auto-satisfaction du
soignant  qui guérit, elle se punissait à coups de fouet chaque fois qu'une
once de bonheur tentait d'entrer en elle lorsqu'on lui disait merci.
   On raconte d'elle qu'à force de se taper le cuir, son bras droit faisait
le double de son bras gauche et que la peau de son dos, devenue insensible,
avait la douceur d'une peau de crocodile..
Mais ce ne sont sûrement que des commèrages de jalouses!
Sûrement, car elle connaissaît les onguents qui guérissent, ceux qui lissent
 les rides, qui font briller les cheveux et blanchir les dents...
    Puis un jour, le 2 février 1569, elle mourut.
On entendit alors un choeur d'anges s'élever dans la chapelle du couvent..
Mais Dieu, qui ce jour là avait aussi une épidémie de peste sur les bras, se planta dans l'envoi de ses troupes, et lui envoya des anges d'opérette qui entonnèrent devant l'assemblée ébahie un air devenu depuis très célèbre :
 " ô Catérina la bella tchickss tchickss.."
au lieu du "libera me domine" et autre "Dies Irae"  habituellement de circonstance ..